Encore plus d'un mois sans rien sur ce blog... "Mais que fait-elle de ses journées cette feignasse !" vous demandez-vous sans doute (ou pas).  Eh bien elle pouponne, et elle re-pouponne, et elle pouponne encore !

Pouponner, ça veut dire se régaler de chaque minute (ou presque !) depuis que Minichou est arrivé dans cette maison. Passer du temps (beaucoup) à le faire téter. Et en profiter pour découvrir un autre style de blogs : Les mamans testent, Materno Blog, Biboudavril, Till the Cat, 8 à la maison, Marjolie Maman  et La Leche League (qui n'est pas un blog !) sont mes nouveaux passe-temps, ou passe-tétée devrais-je dire. Souvent ça me fait rire, parfois pleurer, et j’adore quand je m’y retrouve…

Je lis beaucoup aussi sur le sujet de l’allaitement, et d’ailleurs je n’aurais jamais cru que cela puisse déclencher tant de foudres : les gens sont bizarres :-)

Et puis aussi je passe au moins une heure au téléphone avec ma mère. Tous les jours, oui, oui… et puis après elle se plaint qu’il n’y ait plus rien sur mon blog, mais si aussi elle ne faisait pas que m’appeler, hein ! Aïe, aïe, pas la tête ! Désolée, j’ai pas pu m’empêcher ! :D

Pouponner c’est aussi tenter désespérément d’abattre ménage et repassage en un temps record et ne jamais y arriver, évidemment. Vu que je n’y arrivais déjà pas avant…

 

Bon, voilà, vous avez compris pourquoi il ne se passe plus grand-chose par ici : le bébé, les tétées, le téléphone, le ménage, le repassage…

 

Mais heureusement il y a Maxichou ! (nouveau surnom officiel de Monsieur PetitArtiste depuis la naissance de Minichou)

Maxichou, jeudi matin : « Maman, on peut fêter mon annif à l’école demain ? »

Maman, prête à s’étouffer, les yeux tout ronds : « Et tu me dis ça maintenant ? »

Comme si je ne savais pas que chaque année on fête son annif le dernier jour pour cause qu’il est né pendant les vacances… mais aussi comme si je n’avais pas non pas un mais deux cadals de maîtresse à fabriquer d’ici le lendemain (scandaleux plagiat de Marie… mais j’adore, pardon !).

 

Voici donc l’explication de mon titre : une fin d’année à ma façon, c’est tout au dernier moment. Jusque là, normal... Et "en pire", c’est parce que je n’avais pas anticipé la donnée supplémentaire cette année : le pouponnage ! :D

 

Heureusement, la maîtresse a été super sympa, elle avait déjà prévu un goûter, donc elle m’a demandé de compléter avec boissons et bonbons.

Courses jeudi soir pour tout ça, ça va j’ai géré…

 

Par contre Minichou n’avait pas encore compris l’urgence de la situation… il a mis longtemps, très longtemps à s’endormir… Et ce n’est que très tard que j’ai pu aligner mes petits bonbons, et me demander comment emballer ça pour que ça ait l’air de quelque chose.

bonbons 001

Au final, ça a donné ça :

bonbons 002

 

Le lendemain matin, la journée a commencé tranquillement… j’ouvre les yeux à 7 h 20 pour m’apercevoir que PERSONNE ne m’a réveillée à 7 h ! Et là j’ai commencé à m’agiter… L’agitation a pris fin à 16 h 40 quand j’ai pu livrer les cadeaux. Oui, j’étais en retard, mais Minichou avait décidé de remplir sa couche au moment du départ…

Entre 7 h 20 et 16 h 40, j’ai réussi en plus des tétées et des couches à cuire deux gâteaux pour le goûter des maîtres et maîtresses, à les leur amener à 11 h 30 en disant à Maxichou « Non, toi tu restes à la cantine ! », à ressortir ma pauvre MAC qui a dû se demander ce qui lui arrivait, à coudre deux trousses façon Linna Morata un peu à l’arrache, à y caser quelques petites choses dedans, à emballer, à prendre les photos (sauf des gâteaux, j’ai zappé !)…

cadeau des maîtresses 002

cadeau des maîtresses 003

J'ai rajouté à ça un petit marque-page brodé par ma mamoune.

cadeau des maîtresses 004

 Là c’est pour prouver qu’il y a bien deux cadeaux. Histoire que vous ne croyiez pas que j’en rajoute…

cadeau des maîtresses 005

 

Pendant tout ce temps, j’ai été moralement soutenue par Minichou.

cadeau des maîtresses 001

 

Et pendant tout ce temps, j’ai sué… et j’ai pensé à ce passage d’article des Mamans testent qui m’avait tant fait rire :

« Ah oui, vous avez intérêt à vous munir d'un bon déodorant si vous comptez avoir quatre enfants. Parce que la logistique, c'est du sport. Il faut porter les cosy, porter l'avant-dernière qui décide de chouiner sur le chemin de l'école (alors que vous êtes - encore - en retard), porter les manteaux, les sacs de goûter et les bâtons (oui, une collection de bâtons, c'est une coutume ancestrale chez le nain).
Le nain étant persuadé que vous êtes son esclave, ne comptez pas sur lui pour vous donner un coup de main. Au mieux, il vous tient la porte. Et oublie, donc vous la relâche en pleine tête alors que vous tentiez de passer avec la poussette et un cabas de course coincé sous le bras.

Vous allez suer. Quand il faudra installer quatre nains dans la voiture, monter sur  les banquettes, se coincer les doigts dans les ceintures, sous les sièges pour atteindre le machin rouge dans lequel on clipse la ceinture, vous allez en tirer des lanières, en insulter des put** de sièges qui ne se mettent pas correctement.
Et des nains qui restent immobiles. Qui n'y arrivent pas.
Les boulets.
Quand il pleut, c'est un régal croyez-moi.

Bref, oui, avoir quatre enfants, c'est transpirer. C'est se lever trente huit mille fois de table (verre d'eau, yaourt, cuillère, éponger le verre d'eau, changer la cuillère qui n'est pas la cuillère Kitty, se rasseoir, le sel, ah non finalement la cuillère Kitty est sale).

Le soir, c'est faire douze mille aller-retour entre les chambres, pour un bisou, un câlin, un verre d'eau, encore un câlin, et "on fait quoi demain?"
Rhâââââ, mais DODO bordel.

Le soir c'est douche.
Le matin, on se doucherait bien aussi. »

 

Marie, si tu me lis un jour, donne-moi ta marque de déo steplé, parce que même avec un seul bout de chou à gérer, pfiou… ( main agitée sous le nez, mes copines verront bien le geste…)

 

Bon ben voilà, rien que de tout raconter ça me refait transpirer, je vais me doucher tè ...